Archive pour septembre 2015

Les 50 ans du Mené fêtés le 9 octobre

Michel Rouvrais, vice-président de la communauté de communes Hardouinais-Mené, a fait part au conseil que les 50 ans du Mené auront lieu le 9 octobre. À cet effet, un échange a eu lieu mettant en exergue l’importance que revêt cette identité du Mené pour le territoire. Un certain nombre d’élus s’interrogent « sur le bien-fondé du nom de la future commune Le Mené, qui risque de réduire cette appellation à un territoire restreint. »

Avant de manifester le souhait auprès du préfet que soit ajouté un complément au nom de la future commune nouvelle Le Mené, il est proposé de rencontrer les élus de la communauté de communes du Mené pour échanger sur cette question.

La communauté soutient le monde agricole

Guy Perrault, vice-président de la communauté de communes, propose au conseil de prendre une motion de soutien aux éleveurs qui rencontrent des difficultés économiques importantes. Le conseil exprime toute sa solidarité et son soutien au monde agricole.

La fréquentation de la ligne « M » à l’ouest augmente

Évelyne Gaspaillard, vice-présidente de la communauté de communes en charge de la commission solidarités et santé, a rappelé que, depuis début avril, la ligne de bus M a été repensée et élargie au secteur est du territoire, avec une navette desservant Illifaut, Loscouët-sur-Meu et Trémorel.

Elle a dressé un premier bilan du fonctionnement de la ligne M, qui fait apparaître une augmentation de la fréquentation dans le secteur historique de cette ligne (Gomené, Laurenan, Saint-Vran, Mérillac et Saint- Launeuc).

En revanche, elle a constaté une fréquentation très limitée pour l’autre secteur. Ce qui interroge sur la pérennité de cette navette. Elle a proposé qu’à la rentrée une nouvelle campagne de communication soit menée en rappelant bien que cette ligne M est ouverte à tous et permet de se rendre dans le centre-ville de Merdrignac, mais aussi d’aller de commune à commune.

Une étude de faisabilité d’un pôle culinaire

Michel Rouvrais, vice-président de la communauté de communes, dans le cadre de l’élaboration du schéma de mutualisation, a été identifié comme piste d’action à apporter aux besoins de restauration collective du territoire : écoles, EHPAD, service de portage de repas, association Familles rurales, afin d’asseoir des services de proximité et de qualité.

Au regard des besoins exprimés et des ambitions affichées, Michel Rouvrais a proposé d’engager une étude de faisabilité technique, financière et organisationnelle jusqu’au préprogramme d’investissement de la restauration collective, avec l’objectif de restructurer la cuisine centrale en pôle culinaire de proximité. Un cahier des charges va être soumis pour avis à chaque municipalité avant de mener un travail de synthèse en bureau communautaire.