unité méthanisat°

La Sarl Les Sillons, composée de deux associés, la SEA Kerfrau (l’exploitation de Pascal Rocaboy à Kermeré) et GR Énergies ont créé une unité de méthanisation. Elle utilise des matières organiques : lisiers, fumier, fanes de maïs grains, fauche d’herbe.

« Nous récupérons la fauche de la voie verte. Les techniciens, qui interviennent sur la voie verte, se sont aperçus que l’herbe coupée et laissée sur place se transforme en un fumier qui pollue les fossés, indique Pascal. Les matières solides sont préalablement broyées, nous les mélangeons avec des matières liquides. Elles restent pendant 60 jours dans une cuve chauffée à 40°. On obtient du gaz et du méthane, grâce à la fermentation et du digestat. Ce dernier passe dans une seconde cuve également à 40° afin de récolter le reste des gaz. »

Aucune odeur

Les deux cuves, enfoncées dans le sol à environ 6 m, sont chauffées par le biais d’un moteur qui tourne grâce à une partie du méthane récolté. Une partie du méthane est utilisée par Pascal Rocaboy pour les besoins de son exploitation. La chaleur restante permet de sécher le digestat pour en faire un produit sec. Ce qui réduit le poids pour le transport et facilite l’épandage sur les céréales. De plus, aucune odeur ne se dégage.

Par ailleurs, grâce au moteur qui entraîne une génératrice, l’unité produit de l’électricité, pour environ 400 foyers, qui est revendue à ERDF. À partir du procédé de séchage, de déshydratation du digestat, GR Énergies et la SEA Kerfrau souhaitent démontrer que le produit ainsi séché peut remplacer un engrais chimique tout aussi efficace et moins dangereux pour l’environnement.

Les dirigeants de la société se réjouissent de l’aide apportée par le conseil régional et par l’Adème qui ont respectivement apporté 110 000 € et 270 000 €. Le coût total de la création de l’unité de méthanisation est de 1,5 million d’euros. Tous les travaux ont été réalisés par des artisans locaux.

« C’est ainsi que 70 % de l’investissement ont fait travailler des entreprises du territoire, souligne Samuel Recoursé. De plus, nous avons créé un emploi à mi-temps pour l’unité de méthanisation qui occupe 6 000 m2 de surface. »

Les commentaires sont fermés.