Fred Lambert, entraîneur national de la fédération Française de moto, qui revient du Chili et d’Argentine, est présent sur le site depuis lundi dernier« Le circuit des spéciales est digne d’une épreuve internationale », souligne Fred Lambert qui est mis à la disposition d’un Gem-Club pour superviser l’épreuve au niveau de la sécurité.

L’équipe de France de l’armée de terre est présente et fait honneur au circuit de Gomené. « Je regrette cependant l’absence de certains pilotes nationaux, mais je veux souligner l’investissement de tous les bénévoles du club, qui ont tout mis en oeuvre pour accueillir les pilotes dans les meilleures conditions », ajoute Fred Lambert.

Certaines équipes sont présentes depuis vendredi soir, comme la ligue de Picardie, qui a repéré le circuit avec ses deux équipes composées de Pierre Colori, Julien Cuviller, Sébastien Viel, Yann Chantereau, Aurélien Bouchez, Charles Degand et Paul Lallier.

Les pilotes ont dû faire preuve de beaucoup d'attention et de savoir-faire sur les pistes du Gem club.

Les pilotes ont dû faire preuve de beaucoup d’attention et de savoir-faire sur les pistes du Gem club.
 
La commune s’est réveillée, dimanche matin, au son des vrombissements impatients des bolides, qui tour à tour, ont pris le départ pour une journée sur les chapeaux de roues.

Après la reconnaissance des circuits et des deux spéciales préparés par le Gem Club qui accueillait ce championnat de France des régions d’enduro, et après les essais, samedi, les 180 pilotes étaient fins prêts pour affronter cette longue chevauchée à travers les bois, prairies et routes de la campagne Gomenéenne.

Une organisation sans faille

La pluie a su, heureusement s’arrêter à temps pour que la course puisse avoir lieu et le public, nombreux, passionnés de motos venus encourager leurs favoris, randonneurs habitués des sentiers, cette fois bien boueux, chaussés de bottes ou de chaussures de marche, parfois munis d’un bâton, promeneurs curieux de voir les bolides, et pour un certain nombre, accompagné d’enfants extrêmement intéressés.

Les commentaires appréciateurs allaient bon train sur les qualités techniques des pilotes, sur les sauts qu’ils faisaient dans certains lieux, sur la résistance des motos, ou encore sur l’organisation sans faille du Gem club qui avait plus de cinquante bénévoles en action assurant différents postes tout au long du circuit.

Certains des passages étaient très compliqués certes, mais cette difficulté était amplifiée en raison des passages répétés des motos sur ces chemins qui n’ont pas eu le temps de s’assécher après les intempéries des dernières semaines.

 

Les commentaires sont fermés.